LMM14 – Les Casiers d’Émile, 1re partie

5
(4)


J
e quittais un moment Anse-des-Lézards où il ne se passait pas grand-chose, à part les zanolis qui se bagarraient sans cesse leurs territoires et les colibris qui passaient d’hibiscus en hibiscus le temps d’un coucou-je-suis-là, coucou-je-ne-suis-plu-là !

Comme trop souvent, ma Brasillia m’emmenait à Corossol sans que je sache précisément pour quelle raison je m’y rendais. Peut-être était-ce par attirance magnétique. Ce jour-là, Émile le père de Claude, était sur la plage et s’activait près de ses nasses entièrement fabriquées à la main.

– Bonjour Émile !
– Bonjour ! Min sé not’ fotograf ! T’a fini d’tiré l’portré dé lézar ?
– Comment va Émile aujourd’hui ? répondais-je à sa question par une autre.
– Kon-m-si, kon-m-sa. J’uté là, ki réfléchissé.
– Sur quel sujet, les nasses ?
– Lé nas’ ! In bin sa fé in bèl’ bout’ d’temp k’jé fini d’kassé ma tèt’ a réfléchi d’su. Ch’te fombiyèt’ k’avèk sa ki n’a d’jà passé dan mé main depi dé dizain-n é dé dizain-n d’an-né, ch’koué bien k’si eu s’ré pa o poin, sé k’eu l’s’ra janmé ! Nan, sé k’j’uté ki pensé. J’uté ki m’demandé sa ki va adveni d’nouzot’ kon-m sé ki va la.

Un bref instant chargé d’un courant d’air marin s’écoulait à la vitesse de l’alizé avant qu’Émile reprenne en me regardant droit dans les yeux :

– Té ki chars’ Claude ?
– Claude il faut que je le laisse tranquille. Il a une vie de couple, du retard partout dans ses affaires. Il doit être à Vitet chez lui.
– Yé par éssit’ ! Y douèt’ en t’cheuk par en ho la, m’indiquait-il avec ses yeux la direction de sa maison. T’chin mi li lan ba la, koté d’la chan-m froide. Yé ki vèye sa ki s’pass avèk la machin-n a glas’. Si ki peu fèr’ d’koué pou èl’, sa s’ra tan mieu. Claude y’a toujou été in bon bouaye, y’ézit’ pa kant’ sé pou li ran-n in servis’, k’sé t’a nouzot’, k’sé o zun ou o zot’ !
– C’est bien vrai. Je me demande comment il fait pour être partout à la fois.
– Si tu veu, tu peu alé vouèr sa k’yé ki fé, moin sa m’déranj’ pa. A moins’ k’tu veu rèsté a blayé in ti mouman, paske moin ossit’, ch’kon-né in-n pile d’butin. Ma tèt’ é long’ kon-m tu m’voué la. Sé moin k’a arpri a Claude tout’ sa ki kon-né ojordi, a par l’élèktrisité k’y’a arpri a l’école. Si sa t’intérès’, m’an vé t’parlé d’mé nas’. J’douèt’ l’dèrnié su l’ile a lé fèr’ de s’fasson la. Alé parle ! Sa k’tu veu con-nèt’ ?
– Combien de temps dure une nasse ?
– K’man d’temp k’in-n nas’ dure ? In bin sa dépan. Sa dépan surtou du sièn-n ki l’a fèt’, é ossit’ a tcheul uzaj k’yé dèstiné. Si tu voué k’dé nas’ o dé kazié kon-m eu di asteur, é fèt’ kon-m i fo, eu peu pran-n du pouésson pou o moins’… dan lé z’environ… d’in-n sézon o deu. Min sa, sé si son ajusté avèk soin kon-m moin j’lé fé. Pou lé nas’ a houmar, j’en é dan lé mien-n k’a dépassé lé troi sézon ! Fo dir k’la kalité du gre-yaj jou in bon role la d’dan ossit’ !

Émile me parlait tout en continuant a assembler son ouvrage grillagé sans jamais lâcher du regard ses gestes précis. Il travaillait debout, en pantalon ceinturé et chemise, les pieds nus sur le sable de la plage Corossolienne où l’attendaient non loin ses sandales de cuir.

– Préparé in-n nas’ kon-m st’èl’ la k’tu voué la, sé pa a la porté du pranmié v’nu, oui ! Sa deman-n in-n bon-n doz d’èkspérians’. Y fo k’tu kartchul bien té zafère, pou k’lé dimansion é la forme k’tu li don-n dirij naturèl’man l’pouésson you l’antenoué. K’sé baton d’boi-lolo, d’boi-de-roz ou d’merizié d’la gouad’loup, i fo k’lé baton k’t’utiliz pou l’armature de ta nas’ rézist’ a l’o d’mèr é rèst’ corèkt’man enjointé rent’reu. Dan l’temp d’avan, s’été avèk dé kliss d’baton d’an-mar k’lé z’ansien fezé lé nas’. Ofur a mezure, eu l’a k’mansé a utilizé le gre-yaj. Eu fezé avèk lé mongnin du bor, é eu prendé sa k’eu pové avouèr kon-m matérièl. Min a la journé d’ojordi, tu pe pu t’kontenté d’in simp’ ti waya. Y t’fo in fil d’attach galvanizé k’tu doub’, é par endrèt’ i t’en fo troi, o min-m quat’ doub’ pou dèt’ plu solid. Pou le gre-yaj sé réglemanté, i fo k’la maye é assé gran-n pou kité lé pouésson ké trop’ peti passé en travèr, é i fo véyé k’l’entenoué gard’ bien sa form’ pou k’le pouésson pe pu arviré in-n foi k’yé engajé. Fo bien véyé ossit’ k’la porte d’oti k’on hale le pouésson in-n foi par semain-n, rèst’ en bon éta. Sé ki fo k’ton kazié é assé kosto pou li résisté o chok kan tu le his’ dan la dori, é apré kan tu l’arjète a la mèr san ki s’déforme. En plus’, fo ki rézis’ ossit’ a la gros’ mèr, o kouran marin, é o mové temp…

Tu voué, sé pa si simp’ k’sa l’travaye d’pécheur, surtou si ta l’anmou d’ton travaye é k’tu veu l’fèr’ tout’ bien kon-m i fo dan tout’ lé ti détaye. Sé la min-m choz’ pou toué pouvouèr dire k’té d’Sem-Bath, i t’sufi pa d’parlé o d’compran-n l’Patois d’sou l’vent. Hélas, pou toué dèt’ vréman Sinme-Bath, i t’en n’arfo avèk sa ! T’a kompri sa k’ju ki t’di la ?

Le travail des mains d’Émile.

– Oui Émile, j’ai compris, lui répondais-je a regret saisissant que mon bagage technologique de pointe ne m’était d’aucune utilité sur l’île.
– Hèye bouaye, fo pa dékourajé, non ! Y fo k’tu kontinu a alé d’l’avan. Kon-m eu di, « fo pa dézèspéré, fo toujou pèrsévéré« . Ki sé, in d’sé jour, tu s’ra kon-m in d’nouzot’, in vré z’enfan d’la kaze ! Su l’mouman tu va pa min-m t’en ran-n kont’. S’tin jou, amik’ té ki vèyera la mèr d’su la tèt d’in morne, é k’t’arivera d’resenti kon-m in souf ki vien du tchœur min-m de s’morn-la k’u sora sa ki t’ariv’. Sé kant’ tu va t’ran-n kont’, k’sé in bon-neur pou toué d’rèspiré s’bon-n air la ki vien d’tout’ lé zodeur ki moute d’la tère avan d’arivé a té narin-n. Sé amik tu vouéra, k’tu peu kon-nèt’ d’in koup d’zieu chak pié d’boi, é chak ti zan-nimo ké t’otour d’toué. Sé amik tu pora mèt ta main su in-n roche ké ki pran feu par l’solèye avèk otan d’respé k’si sa s’ré in dia-man, é k’i va t’arsemblé k’tu sent in-n sorte d’ti-grouyeman ki kour jusk’ o bout’ d’té doué. Sé kant’ tu kon-nétra d’tcheul man-nière te ran-n util’ o zot’ ki deman-n k’a fèr’ kon-nésans’ avèk toué, finissait-il sa tirade en reprenant son souffle.
Si in jour tu t’trouv’ loin, n’importe oti k’la vi peu t’an-mné, é k’avèk respé tu t’souvien tel’man d’l’ile é d’nouzot’ k’tu t’arsan-m k’on é la bien vivan a koté d’toué, in bin, dan in mouman kon-m sa, tu pora dire k’si té pocor Sinme-Bath, té pa loin…

Émile parlait sans discontinuer. Je n’avais pas envie de l’interrompre, même si j’aimais la répartie. Visiblement, il avait un message à me faire passer.

– S’t’importan k’tu compran sa ju ki t’di là. Toué, j’té vu kant’ té ki fotografi, k’sé dé choz’ o k’sé dé zèt’ vivan. Si ju ki t’di tout’ sa, sé juté bien ki t’véyé é k’jé jan-mé vu sa oparavan. Jé vu l’temp k’tu pran. Tu travaye avèk prikosion. On san k’té pasion-né par sa k’tu fé. É pou vouèr k’man k’t’é arivé a intéréssé Claude a té tèknic ? Sa sé for’ minme ! Fo pa fèr’ d’bri, fo veyé d’in bor pluto ke d’lote, fo tu fé atan-sion si n’a assé o pa assé d’lumière… Ch’te di franch’man, k’sa m’a kassé lé bra du corp ! me complimentait sincèrement Émile en me regardant avec ces yeux bleus qui n’existent qu’à Corrossol. Toué tu vien d’arivé, té enkor trop’ jeune pou t’en ren-n kont’, min j’kroué bien k’tout’ é ki s’pèr’ aktuel’man.

Sé su sa k’été ma réflèksion d’taleur kan t’é arrivé la, me confiait Émile. Pa rèsté la a m’véyé lé bra kroizé ! T’chin, envoye moin l’bout’ d’waya galvanizé ké la si sa t’plé. L’modèrniz é t’aparu si vit’, é juske dan lé kaz, reprenait-il, k’on s’ran min-m pu kont’ d’argnien. On voué min-m pu no tradision s’en alé. On é la, inondé, englouti par la nouvoté, par lé zouti élektric ké meuyeur é d’plu z’en plu intéressan, par lé nouvèl’ fa-son d’fèr’ k’envoye o diab’ tout’ not’ savoir fèr’ manuel a nouzot’, alor’ k’sé not’ vré patrimoine, me désignait-il les nasses de la tête. Fo pa obliyé sa ki nou a été passé d’père en fis’ oui !

Émile dirigeait sa main vers sa poche et en sortait une pince coupante noire, il tournait sur plusieurs tours deux fils de fer entre eux et finissait par les sectionner assez court. Avec la tête de celle-çi, en deux coups précis, il rabattait le fil torsadé vers l’intérieur de la nasse. C’était allé tellement vite que je n’avais pu analyser tous ses gestes. Plus rapide que moi, il se penchait et ramassait un autre bout de fil à dimension qu’il s’empressait de passer à travers les mailles du grillage avec une dextérité semblable aux mains de Milla.

– Tu kon-né, ju pa telman instrui, min ju pa idiot… Ju min-m loin d’ète in n’imbésil’, é pou dir la vérité, ch’te di k’j’kompran pu. Ch’kompran pu sa k’j’voué ! Ch’kompran pu sertin moun ! Ch’kompran pu sa ké leu z’idé, ch’kompran pu sa keu veu d’ayeur ! Min èsk’eu min-m kon-né sa k’eu veu ? J’le kompran pa. Ch’kompran pu leu z’envi, ch’kompran pu sa k’é leu but dan la vie. Tu kompran sa k’ju ki t’di la ?
– Non, pas vraiment, lui avouais-je pour être honnête.
– Nan ? Tu trouv’ normal ke d’plu z’en plus’ de moun é la ki kour, ki s’précipit’ a tout’ alure pou eu souédizan réussi ? Tout’ sa pou eu briyé o zieu dé zot ? Kon-m dizé no z’ansiyen, « tou s’ki briye n’é pa d’l’or ! » Chakin veu fèr con-m lé z’an-méritchyin, viv con-m eu, kopié leu kulture, min son k’obliye d’oti k’eu l’a soti ! Sé lé tradision, lé relasion de fan-mign, sé tout’ sa ki nou z’a permi dèt’ plu for, pask’on kon-né-sé rèsté uni, é sa depi dé sièk’ !

Sans quitter du regard le dernier fil sérré, Émile reprenait :

Ès’ k’tu trouv’ k’sé bon pou la santé d’kouri fèr’ dé pisin-n pou s’bin-gné dan l’klore alor’ k’ta la mèr a deu pa, é tou l’tour d’l’ile ? Keman compren-n k’eu construi dé kaze si gran-n, dé vré chato, pou du moun ki va veni fèr’ la fète avèk leu z’an-mi environ deu ouikend’ par an-né ? Tu trouv’ intélijan toué, k’lé z’enfan d’ojordi passe leu temp d’van la télévizion ? Tu trouve k’sé bien, k’sé tit’ jeune fiye la k’ariv’ de l’èkstérieur s’prézent’ a l’école a motché tou nu é makiyé ? Tu trouv’ rézon-nab’, s’te pil’ d’konstruksion la ki pous’ kon-m lé champinion d’Grand-Fond ? Son tou bon-nman ki défiyur lé morn ! É sa, sé san konté la vitès’ k’lé pri dé térin grimp’ é la kantité d’voiture ki rent’ su l’péyi ! Kant’ son embarasé avèk, s’t’a la mèr k’eu va jeté lé karkass. Tu kroué k’sé écolojik sa ? Na tèl’man, tel’man d’arjan ki sirkul’ su l’ile, tan d’milion-nèr ki vi éssit’, é dire ke local’man on peu pa arivé a avouère in n’opital dign’ de s’nom ! Tu trouv’ sa lojik, toué ? On peu pa min-m avouère in marché a légum’ fré pou nouzote. On peu pa minme ven-n argnin de tradition-nèl éssit’ ! Eu la prévu argnien pou sa. Kemon k’on fré pou payé in loyé pou in-n tit’ boutike en ville ? Sé pa in ti montan, sa chèr’ oui ! Ou sa ké l’marché o pouésson ? Eu manje ke du kaviar en bouète éssit’ ? Eu peu pa s’protéjé l’coco d’tète avèk in chapo d’paye ?

Émile détachait un instant ses yeux de la nasse pour se rendre compte de mon faciès qui, déconfit, lui permettait de continuer sur sa lancée persuadé que j’avais compris ses dires.

– A prézan on diré k’sé l’arjan ké d’venu roi. D’no jour, maleureuz’man, n’a k’in-n choz’ ki kont’, sé ran-masé de plu z’en plus’ d’arjan. On diré bien ki n’a, plus’ k’eu l’a d’l’arjan, sé plus’ k’eu s’sent fort. Plus’ k’eu s’sent puissan, plus’ k’eu n’en veu enkor’. O lieu d’veni en aide a leu voizin san z’arière pensé kon-m sa s’fezé dan l’temp d’avan, son pluto a véyé si eu poré récupéré sa kaze. Tout’ sa, sé sové lé z’aparans’ ! On diré k’lé z’aparans’ a pri plus d’importans’ k’l’èspri Sem-Bath. Na pu d’santiman. A prézan, k’on l’veu ou k’on l’veu pa, i fo k’on suit l’kouran, d’gré o d’forse, on é dan la kourse, min-m si on kon-né k’sé in-n kourse ki va nou raporté argnin d’bon, in-n kourse stupid’ oui ! On koup’, on dinamit’, on kasse lé roch pou planté l’béton ! J’me deman-n bien sa k’on va fèr’ apré, amik ki reste pu in ti morso d’tère konstructib’ pou no zenfan. Kant’ i n’ora pu in bèl’ pié d’boi, pu in arb’ fruitié, pu in latanié. Kant’ on n’ora épuizé é vidé lé ressours’ d’la mèr pou nouri s’pil’ de tourisse la !

Je regardais le visage soucieux d’Émile. Je n’avais aucune réponse à ses intérrogations.

– Sé kon-m pou la pèche, sa devien d’plu z’en plus difisil’. Kant’ j’été jeune ti bouaye, on filé no kazié tou pré d’l’anse dan moins’ de sink mèt d’o. Pou la pèche o gro, on alé a Sain-Jean é on pouvé dan moin k’sinkant’ santimèt’ d’o, atrapé a la main lé langoust’ ki nou servé d’apa ou de fré. La min-m, oui !  O pié d’sa ké deveni ojordi l’Eden Rock. Kant’ o borgo, s’été par kantité énorme. Min sa pululé, é ki gro borgo ! Ossi gro k’dé boule de pétank ! Sa va trop’ vite. Lé résèrv’ é ki s’vide a vu d’euye ! Ojordi, i fo plonjé lé kazié a vin-n sink mèt’ d’profondeur. En plus’ de sa, sé in vré problinme paske si tu voué k’le mové temp vien a détaché in-n boué du kazié é k’on a dé difikulté a l’trouvé avèk s’te profondeur, li va kontinué a kapturé l’pouésson su dé zan-né, é détruire sa ki nou nouri. Sa, sé san parlé dé nas’ ki disparé su d’ote z’ile, o n’a enkor’ lé kazié k’t’armoute vide paske tcheuke moune k’a otchun santiman, é ki pense k’a l’arjan, sé servi avan toué…

Je ne savais que dire. Il n’y avait pas de réplique possible à ces confidences.

– L’ansien temp foul’kan d’in-n bèl’ vitèss mou bon an-mi. L’édukasion é l’rèspé ossit’. Kant’ a la politèsse, la kourtoizie con-m eu di asteur, on s’deman-n bien oti k’a lé passé st’èl’ la. A doué s’avouèr enroché su in kinikié in jour d’pli, é sa, depi nan-ni nan-nan san k’jan-mé person-n s’en é sousié !
– Un kinikié ?
– In pié d’kinik o d’kénèt’, sé kon-m sa k’eu lé kriye a Sin-Ton-ma, me traduitsait Émile. Eh oui, sé kon-m sa ! Kon-m eu di, sé l’débu d’in-n ère nouvel’ pou Sem-Bath. Sé pa dé bèl’ parole d’politisien sa ? Si tu veu mou n’avi, enchaînait-il ne perdant pas son fil, nouvel’ oui, min bien plu difisil’ pou lé Sinme-Bath. Y va pu sufire d’konté son arjan en louan sé kaze, ou en fezan du kon-mèrs’ avèk son savoir fèr’, munme en èkzersan on-nèt’man son métié, n’ora in problinme avèk lé pri ki moute en flèche ! Si on veu rézisté, i fodra k’chakun s’adapte a in-n ote fason d’vive, ki s’ra dikté unik’man su l’bezoin d’fèr’ d’l’arjan…

Clic-clic-clac ! faisait la pince noire qui laissait tomber dans la paume de la main du pêcheur Corossolien de minuscules bouts de fils argentés qu’il glissait dans l’une de ses poches pour que personne ne puisse se blesser en marchant dans le sable.

La forme parfaite de l’entonnoir.

– Sé in fo pouvoir ki nou don-n la, l’arjan. Y peu t’fèr kouère k’té plus’ k’in ote, in-n kalité d’santiman d’supériorité ki va t’fèr’ méprizé le sièn-n ké resté avèk dé mongnin pu simp’. Min on peu pa bazé not’ aveni su l’enrichis’man individuèl. A ki k’sa va nou servi ? Amik’ on a perdu no ti morso d’tère é k’on lé z’a couvèr d’béton, avèk lé vila dé milion-nère you k’on poré pa viv’ heureu, min-m avèk dé zeu d’pouésson noir é du champagne o ti déjuné. S’luxe la nou z’arsan-m pa, naann ! On n’é pa paré pou dé z’èkzistans’ parèye. Sa konvien pa not’ environ-n’man, ni a sa k’no paran nou z’a arpri é k’on a gardé dan not’ tcheur.

Émile imperturbable, reprenait à peine son souffle et continuait ce monologue en Patois que ma matière grise enregistrait à mon insu.

– L’problinme, sé k’sa va tro vit’. Tout’ choz’ va tro vit’ ! É pou gan-gné ki ? Ojordi avèk leu pile d’amplifikateur é d’micro, eu mé la muzic trop’ forte. On n’a pu l’ambians’ dé ti bal d’avan, avèk lé muzisien assi su l’ban a la crouéson. Dan s’tan la, chakin avé l’sourire, é kant’ eu joué, eu tapé leu pié pou bat la mezure su l’planché. On a dé plu gro bato avèk dé moteur ki n’a d’la puissans’, min asteur on doué alé plu loin, fo brulé in-n pile d’éssens’ é ar-polué enkor’ plus’ ! On é plu instrui, plu savan, min on s’deman-n dé foi, a ki k’sa nou sèr’ ? N’a de moins’ en moins’ d’idé bénéfik’ pou tout’ la com-munoté, s’ki fé k’chak jour ki pass, on rèsse chakin dan son coin a ajir, é viv’ d’in-n fason individuèl’ in tit’ béké d’plus’ !

On peu s’entouré, avouèr de plus’ en plus’ d’moun otour d’nouzot’, min n’a moins’ d’an-mitié dan no relasion. On peu avouère d’la farine é du suc industriel en kantité, é résulta, on pran trop d’poid é sé pa bon pou la santé. A la journé d’ojordi, person-n va pu manké d’pain, min y’a pu du tou l’min-m gou. On a bien in-n stasion météo, min l’gargon-nèt dé sitern é toujou ossi chèss…

Farmasien, infirmière, dokteur spécialis’ en tout’ choz, sa n’manke pa su l’ile a prézan, min on a aussi tout’ sort’ de vieuye maladi k’arriv, é bien souvan dé maladi ké incurab’. On a du travaye par d’su la tète, kon-m on n’avé jan-mé vu éssit’, é v’la k’on n’a pu l’amour d’son métié. L’tavaye é mal fèt’. L’moun gangne plus d’arjan, sé vré, min on pe pu s’en sorti, la vi devien trop’ chère pou in patchète de moune, é plu compliké su tout’ lé poin !

Navré d’une telle situation, Émile secouait la tête. Mais intarissable quand il s’agissait de parler de son île, cet affigeant constat ne l’empêchait pas de reprendre de plus belle :

– On a tous la télé ki poré nou z’informé su lé bon-n choz’ ki s’pass ayeur, é nou z’instruire ossit’, min, sé deveni k’in-n bouète a pronmèsse ki parle èl’ seul é k’empli not’ tèt’ d’idé ké pa lé note. Nouzot’ k’a kon-nu lé temp d’mizère, on aplodi dé deu main not’ nouvèl’ sosiété d’konsomasion, min v’la k’on kon-né pu sa ké pou fèr’ d’no déché a prézan ! On utilize tan d’choz’ inutile. Du jour o lend’min on kon-né s’en servir, min on s’rend pa kont’ k’sé choz’ la son pa indispensab’ a sa k’on kriye not’ ékilib’ !

Tout’ sa va trop’ vite ! Tout’ va tèl’man vit’ k’person-n pran pu l’temp d’réfléchi pou vouère oti k’tout’ sa va nou z’an-mné. Lé moune kon-né akséléré, min person-n kon-né fréné ! On é là, kon-m in troupo ki kour san kon-nèt’ sa ki l’fé kouri ! On kour, on sui, san kon-nèt’ oti k’on é ki va. Pa bezoin d’ékouté lé ansiyen, on kour, on kour, on sui l’mouv’man, sé tout’ !

Émile s’arrêtait net, contournait son casier sans le lâcher du regard en vérifiant si toutes ses attaches étaient correctement finalisées, puis m’ordonnait :

– Don-n moué in koup d’main, on va mèt’ lé nas’ l’an ho la, hor d’la porté dé vague. J’en é assé fèt’ pou ojordi. Jé in kabri a préparé. Ta d’ja manjé du ragou d’kabri ? Tu veu ke ch’t’arpran-n k’man k’on l’prépare ?
– C’est-à-dire que… non. Je n’en ai jamais mangé.
– Tu n’a jan-mé manjé ? In bin, tu kon-né pa sa kt’a raté. Lé guad’loupéin le fé ossit’ en colombo. Tu kon-né sa k’sé l’colombo ?
– Non, je ne sais pas.
– Sé t’in-n rassin-n ki don-n du gou é surtou in-n kouleur jon-n o manjé, surtou l’riz, sa pran bien avèk. Kan tu na manjé, ta lang, ta bouch, té doué, tout’ é jon-n ! Tout sa k’le colombo a touché é v’ni jon-n ! Du vré coloran ! Sé pa d’la blag’ !
– Et ça sert à quoi ?
– Sé bon pou la dijéstion. Sa t’défé oti k’t’a in neu dan té boyo si jan-mé sonté mélé ! ne pouvait se retenir de plaisanter Émile, rarement en panne d’humour.
– Vous allez faire un cabri au colombo ?
– In colombo d’kabri ! Sé kon-m sa k’on di. Non, pa ojordi. Ojordi sé in ragou tipik’ du Corossol, enfin de Sem-Bat, sé sa k’on fezé pou lé mariaj’ du matin dan l’temp d’avan. Sé in ragou avèk dé ton-mad surtou si sé lé sièn-n de ton jardin, d’l’ongnon, d’la siv’, d’l’aye, du klou d’jirof’, du tin, du pouèv’ é du sèl d’Saline…
– Du sel de Saline ? Mais… il n’y en a plus !
– Le sien de l’épis’ri va fèr’ l’afèr’. Kant’ ch’te dizé k’tout’ é ki s’pèr ! Atrap’ s’te nas’ la. Té paré ? On va l’an-mné juske lan ho, kont’ le briz’lan-m.

 En quelques mouvements, nous placions les casiers bien droit au pied du mur qui lui, était incliné comme la tour de Pise.

– Bon, k’mans’ a mèt’ l’o a chofé dan in-n futaye é mé la bien o mitan su l’feu du strob. Su l’ote dé feu, tu va fèr’ arveni dan s’choyèr la ké bien épès’, té ton-mad, té z’ongnon, ta siv’, dan in-n tit’ béké d’l’uil’ o dan in ti choz’ de beur. Du temp k’t’écoute ta choyère ké ki fri, tu lave bien té morso d’vian-n de kabrit’ a l’o salé é apré tu lé fé d’égouté dotroi segond’. Min i fo k’tu jète toujou in n’euye su té ton-mad. Tu bès’ l’feu si tu voué k’sé né-sé-sèr, sa va t’don-né l’temp d’piké ta vian-n de kabri avèk dé ti morso d’aye ékrazé. Apré, tu plas’ bien té morso d’vian-n dan ta choyère é tu kit’ roussi en hossan l’feu. Min pa fèr’ l’éreur d’t’en alé, fo k’tu rèsse su plas’, é d’temp z’en temp, tu pass la palèt’ en boua k’tu voué la, en veyan bien k’le fon d’ta choyère brule pa. Hèye ! Té ki m’sui ?
– J’essaie d’imaginer la cuillère en bois !
– Amik’ ta vian-n é bien roussi, tu va vidé ton o cho tou dous’man dan la choyère k’le Kabri a rou-si. Tu rajoute té klou d’jirof, té tit’ branche d’tin, ton pouèv’ é ton sèl. É fé atan-sion avèk l’pouèv’, in-n pinsé sufi. Pa alé l’mèt’ avèk sé ti flakon la k’eu vend’ asteur é ki fo soukoué. L’pouèv’ s’t’in butin térib’, i peu t’mouté o né é t’fèr’ éternué in bon mouman !

Bon, asteur, tu bèss ton feu é tu kit’ ta vian-n mijoté l’temp ki fo en survéyan k’a manke pa d’o é k’a déchèss pa trop’, sa va t’don-né l’temp d’préparé té légume é d’lé fèr’ cuire a l’o d’sitern. Fo k’t’arpran a fèr’ deutoi choz’ a la foi. Tu peu k’mansé a enroulé té patat’ dan du papié aluminium é tu lé mé sou lé brèz’ o dan la san-n chod’. O bien tu peu fèr’ bouilli ton ri su l’strob. Konm’ sa, t’a tout’ sou lé zieu en min-m temp. L’prinsipal, sé ki fo toujou k’t’a assé d’sos’ dan ta vian-n pou pouvouère arouzé té légume kan tu lé mé dan ton asiète. T’a kompri tout’ sa ke j’té di ?
– Oui, j’ai tout entendu Émile… Mais il y a une chose que j’aimerai comprendre, c’est au niveau de la phonétique de certains mots qui ont l’air plus court ou plus long selon la prononciation.
– Lé mot s’arète kant’ eu l’a di s’ki z’avé a dire. Na dé mot koupé avèk in aksan sirkonflèkse kon-m « nas’ », akonpagné avèk in « e » kon-m « solèye » é apuiyé avèk in tiré kon-m « sé sa min-m ! ». Demand’ a Claude de t’èkspliké sa. Yé bien méyeur k’moué.
– Ah bon, Claude sait écrire le Patois ? C’est d’accord, je lui demanderai.

A peine avais-je fini ma phrase qu’un Mini Moke jaune s’arrêtait à notre hauteur. Deux touristes mâles de style british en string jaune fluo assortis à leur véhicule de location décapoté, enjambaient le châssis sans portières et s’approchaient de nous qui étions toujours sur la plage, en contrebas du chemin de bord de mer. Face au solide brise-lames fait de pierres parfaitement maçonnées faisant office de rampart, je ne pouvais m’empêcher d’exprimer à voix basse, éberlué :

– Nom d’une pédale de tandem, je n’en crois pas mes yeux !
– Hello sirs ! What a beautiful sun, this is marvelous ! How are you ? I love too much Saint-Barth ! annonçait à quinze bras de distance le conducteur nous surplombant de cinq pieds dont le torse-nu aurait fait pâlir de honte un ours brun.
– Oh ouiii alors ! J’aiiime siii biiien ce petiiit merveiiilleux coiiin ! confirmait l’autre d’une voix féminine avec un fort accent de la même origine, mais dont la peau dorée chargée de mélanine s’était longuement exposée au soleil.

Surpris, nous regardions Émile et moi ce couple quasi nu, en tenue criarde d’Adam-Adam à la mode TETDUF qui n’avait rien de folklorique, bien au contraire, faisant leur numéro de mannequins décontractés en plein Corossol. J’avais une soudaine envie de leur dire : non désolé ! Il n’y a rien à vendre, repartez d’où vous venez, adieu. Mais Émile me devançait verbalement d’une coudée.

– Asteur, lé bouaye d’en ba vèye plus’ pou lé pat’ dé krab’ ke pou lé doué dé fiye. Kèl’ mizère ! Kit’ in peu Marc-Éric, moué alé leu dire deu mot la…

Fin de la première partie.

A suivre…

Dédié à Émile, personne admirable, qui l’espace d’un moment remplaça le père que je n’ai jamais eu.

Émile, pêcheur Corossolien, Saint-Barth, 1986.

Rédigé le 19 août 2011
Texte & dialogues : Marc-Éric
Traduction patois : F
Relecture Patois : Marc-Éric, décembre 22.

Vous avez apprécié cette page ?

Cliquez sur les étoiles elles parlent le Patois, et cliquez sur la barre orange !

Note moyenne 5 / 5. whoye !!! 4

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce texte.

Nous sommes désolés que cette page ne vous ait pas plu !

Améliorons cette page !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cette page ?

17 commentaire

  1. Beau texte et belle leçon….

    (transfert com FB 2012 à WP)

  2. Sylvie Boucher Cecini

    Que dire de plus qui n’ai été dit ???? Merci j’adore !

    (transfert com FB 2012 à WP)

  3. Marie Claude Mansois

    Après une tite absence, je passe par ici, juste pour dire que c ENORME ce que vous faites ME & Françoise Gréaux et tous ceux qui participent de près ou de loin à cette œuvre magnifique !!
    Je suis en train de te relire, une tite question, ta brasilia tu l’avais acheté a un St. Barth ?

    C que ma tante en avait une bleue, je me demandais si c’était pas la tienne 😉

    P.S : et non , j’aime pas la viande de cabrit !! lol

    (transfert com FB 2012 à WP)

  4. Merci à vous, moi aussi je vous garde toute mon admiration pour ce que nous faisons ensemble ou individuellement, chacun, chacune, pour l’amour de notre île…
    Notre petite société est un magnifique puzzle où chacun a sa place, même quand les apparences semblent trompeuses.
    Je vous renouvelle toute mon amitié et espère continuer à œuvrer avec vous pour les générations futures.

    (transfert com FB 2012 à WP)

  5. M-Marcelle Magras Laplace

    Vouzot é trope for, na rien na dire !!! toué pou ton réci et Françoise pou sa traduction en patoi !!! bravo et Félicitations….
    J’aime, jaime, jaimeeeeeeeeeeeeee !!!!!!!!

    (transfert com FB 2012 à WP)

  6. Francoise Marinette

    Félicitation a toi Marc-Eric et a Françoise pour la traduction en patois, c’est très bien min’me moué j’dit chapo ba !

    (transfert com FB 2012 à WP)

  7. N’a pu in-n pill de moune ki parl kom sa. Super, merci à vous…..

    (transfert com FB 2012 à WP)

  8. Très beau récit, bravo a Françoise pour la traduction c une vrai pro !!!!
    Pour ma part ça m’a ramenée a mon enfance, lorsque mon père arrivait a la case avec son paquet de bâtons de bois lolo pour ses nasses, y se mettait a l’ombre des quiniquiers pour les gratter avec sa gembette et préparer ses nasses !!!!
    Par la suite y parté avec dans sa tite doris les mettre a l’eau, et en temps voulu allaient les lever et nous ramenaient de belles creuilles de pouéssons !!!!!!!!

    (transfert com FB 2012 à WP)

  9. Marie Victoire

    Très bel hommage à Émile !

    (transfert com FB 2012 à WP)

  10. Sylvie Capelle

    Là c’est du « sérieux », Un formidable épisode plein de sagesse de bon sens et de clairvoyance raconté et traduit de façon à nos immerger au cœur de l’âme de ce qu’était et devrait être l’essentiel de St Barth.
    Félicitations et respect, tant au conteur qu’à la traductrice !

    (transfert com FB 2012 à WP)

  11. Jé k’in mo, excellent, bravo Françoise pou l’écriture en patois.
    ME merci d’partagé avec nouzot sé moumen là.

    (transfert com FB 2012 à WP)

  12. Magnifique comme histoire, tout est si bien dit ! Bisous a vous deux !

    (transfert com FB 2012 à WP)

  13. Du fond du cœur merci ME tu m’as mis les larmes aux yeux, !tu m’as fais replonger dans le passé et j’ai revu mon tonton tel qu’il était avant sa maladie un bon vivant rempli d’humour et de sagesse et j’ai revu mon enfance au temps ou avec mes petits frères et sœurs on regardait papa faire ses casiers quand tu parles de la petite pince à Émile, il me semblait entendre le clic quand il coupait le fil de fer. Que de beaux souvenirs !!!!!!! Un grand bravo et un coup de chapeau à Françoise pour le travail formidable de traduction qu’elle a accompli !

    (transfert com FB 2012 à WP)

  14. Marie-Claude! T’ain-m pa la vian-n cabri… sé pourtan sa k’té paran a manjé l’jour d’leu mariaj… min a prézan j’compran : sé k’té la troizièm, le bon gou d’vian-n roussi été d’jà parti…

    (transfert com FB 2012 à WP)

  15. Moué j’aime pas çà la viande de cabrit’ ! lol

    (transfert com FB 2012 à WP)

  16. Marie Claude Mansois

    Je suis du mm avis que ta femme ME !!! c magistralement bien raconté, écrit !!
    C comme si on y était , bravo !!! j’ai beaucoup ri !!!! 🙂

    (transfert com FB 2012 à WP)

  17. Catherine Covini

    Une fois de plus, c’est comme si on y était… Je n’aime pas, j’adoooooore !!!!
    Un superbe récit, criant de vérité, sur fond de traditions et empreint d’une très belle amitié.
    Des traditions qui se meurent et un sentiment d’impuissance face a cette cruelle réalité, un récit qui une fois de plus m’a kassé lé bra du kor !!!
    J’ai particulièrement aimé le passage
     » Ki sé, in-n sé jour-là, tu s’ra kon-m in-n d’nouzot’, in vré z’enfan d’la kaz ! Su l’mouman tu va pa min-m t’en ran-n kont, sé in-n sé jour-là, amik’ té ki vèye la mer d’su la tèt d’in morn, é ki t’arriv d’resenti kon-m in souf ki vien du tcheur min-m de s’morn-là… ».

    @ ME, je crois que ce jour est arrivé…té in vré z’enfan d’la kaz : )
    Bravo et merci pour ce superbe récit qui nous ramène à l’essentiel et nous fait partager ces précieux moments d’amitié avec Émile
    @ Françoise, bravo et merci pour tout ce travail, la traduction est un vrai régal, c’est une très belle collaboration et j’ai hââââte de lire la suite : )
    La photo d’Émile est magique ❤

    (transfert com FB 2012 à WP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *