LMM10 – Le Trésor de Cacoille

5
(1)

 

En 1987, une de mes principales occupations hormis la photographie, était la réflexion sur les questions existentielles auxquelles je pensais trouver rapidement une à une les réponses, tant la vie me semblait simple. De mon écriture penchée, j’aimais calligraphier à l’encre bleue les feuilles blanches de mon cahier que je me faisais une joie de noircir de mes pensées les plus claires sur des sujets variés tels que le bonheur, l’amour, le mariage, l’économie, le travail, la réussite, la politique.

Peu enclin à la poésie et à leurs rimes riches comme l’étaient les poètes Français d’autrefois, j’exprimais ce que je ressentais dans une prose constellée de croustillantes fautes d’orthographe, toutes plus exquises les unes que les autres. Fautes auxquelles s’ajoutait une syntaxe réversible, agrémentée d’une construction grammaticale approximative. Je venais de créer un style à peine compréhensible : le mien. Pour moi, le plus important, comme en photographie, était de saisir l’instant. J’imaginais que des phrases volantes évoluaient autour de nous, en suspension dans l’espace infini. Par un heureux hasard, à un moment donné de la journée, nous pouvions les capter avec nos invisibles antennes, ce que je m’empressais de transcrire au mieux. Dans ces moments de paix où j’arrivais sans peine à m’isoler du bruit ambiant, je profitais pleinement de ces instants de révélation pour écrire ma prose sur ce fin papyrus fait de fibres de cellulose microscopiques enchevêtrées.

En fin de journée, il était facile de me trouver à Gustavia à l’entrée du port, coté pharmacie. A Public, à deux pas du cimetière Suédois, ou à Corossol, côté Vieille France, en bout de plage sur les rochers, juste après le premier banc d’oursins. Mais toujours face au soleil couchant, me nourrissant visuellement de ses rayons orangers où ma pensée puisait son inspiration…

– Heeyyyy ! me faisait sursauter mon coéquipier alors que j’étais arrivé en avance à Corossol où nous avions rendez-vous en fin d’après-midi.
– Purée de pois vert, tu me surprends toujours ! Comment fais-tu ça ?
– Sa k’té ki fé la, té ki vèye si n’a dé grin ?
– J’écoute la musique.
– Ki muzik ?
– La mer. L’eau qui ruisselle entre les rochers en diffusant une infinité de rondes.
– Sa sé mou koin. J’vené tou l’temp péché su s’plate-forme kant’ j’été petit.
– Sans rire ! On a le même rocher ?
– Jé tcheuke choze pou toué.
– Je ne t’ai pas entendu arriver. As-tu changé ton échappement ?
– Pocore.
– Tu as descendu Corossol en roue libre moteur à l’arrêt !
– Sé pa petète !
– Comment fais-tu pour t’arrêter ? tentais-je de deviner sans porter attention à ce qu’il avait pour moi.
– Avec mou frin a main !
– Et si le câble du frein à main lâche ?
– A munme pa sink kilomèt’eure bouaye ? Chte foumbiyé, la voiture é munme pu k’avanse kant’ j’arète le moteur ! I li rèsse jusse assé d’balan pou arivé su l’bor du brizelanme. Mi vèye, j’u t’a sis’ pié d’distans’ du mur, é jé munme pa utilizé mou frin.

Je regardais d’un œil distrait la Pony garée face à la mer avant de lui demander :

Claude, en apprenti boulanger.

– Au fait Claude, tu as lu mon article sur le pain d’Augusta Magras paru sur le Saint-Barth magazine de cette semaine ?
– Yes ! Tu t’débrouye pa si mové k’sa pou in bouaye aéroporté kant’ té pa ki fé l’kloun’ !
– Alors ? Tu en penses quoi après lecture ?
– Sa k’jé vu, sé surtou la foto k’tu m’a fèt’ déguizé en boulanjé !
– Arrête ! Tu as la classe naturelle d’un électricien au fourneau.
– Moin ch’te di ! Sa k’na d’moun’ o Corossol va s’fout’ de moué !
– Pourquoi dis-tu ça ? Je suis sûr que personne ne te dira rien. C’est juste un petit reportage sur le pain de Corossol !
– Oui min tcheul ki l’a fèt ! In métro ki devré d’èt’ kloun’ dan in sirke é in élektrisien ki kon’né argnien du travaye d’in boulanjé.
– Ha non ! Tu ne vas pas t’y mettre toi aussi ?
– Ki ? Sé pa méchan kloun’ !
– Ce n’est pas le mot clown qui me gène.
– Tu fé trop’ de man’nière.
– Métro ? Est-ce que j’ai le profil d’une rame de métro ? m’emportais-je. La tête d’une locomotive SNCF alors ?
– Oyoyoye ! Pa l’pren’ mal ! Sé pou la blague.
– Tu aimerais te faire appeler Babate par le premier touriste qui passe ?
– Alor la ! Chte foumbiyé k’sa m’gin-nré pa.
– Comment ça, ça ne te dérangerai pas ?
– i fo kon-nèt’ d’ola k’le mo vien pou toué pouvouèr konpren’ é rire.
– T’es marrant toi ! Comment veux-tu que je trouve ça hilarant si tu gardes tout pour toi ?
– i fo k’tu m’pronmé d’pa l’répété, sinon on poura pu n’en rire !
– Promis ! Parole d’électricien.
– Si té t’en mode basse tension, sa vo pa in’ merde konm’ pronmèsse !
– Ok, parole de politicien alors !
– Lèsse lé politissien ola k’son. Eu travaye ke pou eu minme, é leu pronmèsse sé ke pou lé sien-ne ki lé koué !
– Combien de temps devrais-je garder ce secret ?
– In secré, s’t’in secré ! Min konm’ tu veu joué o plu malin, on va dire vint’an.
– D’accord. Une parole est une parole. Dans vingt ans, je le dis à qui je veux.
– Pffffffff ! Si tu l’garde vin minute sa sra bien halé !
– Non. Je te le jure ! Ni vingt secondes, ni vingt jours, ni vingt mois. Je le garde pour moi. Vingt ans.
– Tu sra kapab’ de sa ?
– Tu veux essayer sur quarante ?
– Té pa possibe toué !
– Je suis ton pote, c’est normal. Entre pas-possibles on se comprend. Alors ?
– Sa vien d’in pécheur d’Flamands, l’méyeur d’l’anse.
– Pour se moquer d’eux-mêmes ?
– Lèsse moin fini si tu veu kon-nèt’ le rèsse !
– Ok, je ne dit plus un mot.
– Kant’ lé premier métro son-t’arivé é k’eu sé t’instalé, sé lé Sinme-Bath k’avé toute lé boutike, alor son’ té obligé d’se mélé a nou z’ote. J’di pa ke s’été gran z’anmi rente lé métro é lé Sinme-Bath, min n’avé pa plusse de problinme ke sa pace k’eu s’respekté rent’eu.
– C’était quand ? Dans les années 70 ? Pardon ! coupais-je encore Claude.
– Apré sa, lé sien’ne ké t’arivé s’été pa d’la minme kalité ! Sété d’la kalité dé sien’ne k’avé senti l’odeur d’l’argen é sonté la k’ pou sa ! Tout’ a kemonsé avec la première ajensse imobilière. Sonté veni avec in’ seule idé dan leu tète, sété d’ven’ tout’ sa k’eu pouré a dé moun’ riche ki vèyera pa dèyère pou mète plus’ ke sa ki n’en falé ! Sé pou sa k’asteur, fo pa s’éton’né d’sa k’on voué tout’ otour d’nou’zot’.
– Le prix de l’excellence ? ne pouvais-je m’empêcher d’annoncer le recoupant à nouveau. D’un autre coté, les « métros » ont apporté du savoir-faire ainsi que beaucoup de travail pour les Saint-Barths non ? Tout le monde s’est enrichi !
– L’pri du profi, oui ! rectifiait Claude. Sé konm’ sa k’l’istoire a kemonsé. A prézan, eu s’mange rent’eu pou lé maleureu morso d’tère. D’in koté la Jet-Set, é d’l’ote lé konmerssan k’a d’l’argen, tout’ sa pou s’fère vouèr. La minme, s’été fini, eu l’avé pu besoin dé Sinme-Bath a par pou profité d’sa k’eu pouvé enkor’ profité su leu do !
– Tu n’exagères pas en oubliant les avantages du modernisme ?
– Tu koué ? Eu la kemonsé a rouver’ tout’ kalité d’boutike, s’instalé é fèr’ d’la konkurense o Sinme-Bath ki maleureuzemen pèze pu bien lour devan sé TETDUF la.
– Des quoi ? Des têtes d’œufs !
– Tout-Extérieur-Tendance-Débridé-Ultra-Fashion, enchaînait t-il dans un français impeccable.
– Ha ha ha ha ! Très bonne celle-là ! rigolais-je de bon cœur de cette définition qui n’avait pas fini de faire parler d’elle alors que Claude gardait tout son sérieux en attendant que je sois de nouveau à l’écoute. Je la connais l’histoire des BCBG importés, reprenais-je en souriant jusqu’aux oreilles, mais quel rapport avec l’appellation « Babate » ?
– Té ki m’arkoupe enkor ?
– Hein ? Mais non, je n’ai rien dit ! Tu as entendu quelque chose ? Continue.
– Sé a s’moumen la k’le mo a sorti. Sé t’in’ histoire d’pôle pou lé sien’ne ki kon’né kemon k’in’ne boussole fonksione. En vérité, le pôle Nord d’la tère é t’émanté Sud. L’éguiye d’la boussole é t’émanté Nord, alor a lé t’atiré par l’koté Sud d’la tère ki s’trouve o pole Nord.
– Le Sud magnétique du pôle Nord qui est quoi déjà ? Je n’ai pas bien saisi, tu veux bien recommencer ?
– Sé pa kompliké. Di-toué k’sé t’inversé. Du coup, la karte konm’ on la kon’né é a l’enver ! Alor on peu dire Bas-Barth.
– Babarth ?
– Lé sien’ne ki s’pren pou dé Sinme-Bath é k’arive d’en bas ! O débu sa s’prononsé Bas-Barth é eu mété in tré d’union, apré Babarte en in mot é sans le « s » de « bas », é apré, Babate jusk’asteur avec le « h » remplacé par un « e » par lé métro eu-minme ki kon’né k’in-n parti d’l’afère é ki koué k’s’été in surnom k’eu kreyé lé Sinme-Bath.
– Sans mentir ! bondissais-je de mon rocher devant une telle révélation.
– Si chte l’di ! O débu s’été in surnom k’eu l’avé don’né o métro ki vivé écite, é s’été pa bien méchan. S’été lé Sinme-Barh du bas. Sa fezé k’lé vieu pouvé fère la diférense rente lé vré é lé nouvo k’arivé su l’ile, é ki eu ossi s’voyé konm’ dé Sinme-Barh pace k’in bon ti brin, s’été dé retrété ki resté l’an’né entchère. Alor n’avé lé Sinme-Bath é lé Ba-Bath, é minme si k’le mo a changé d’bor é k’yé deveni arfoutan sa fé pa argnien, on kon’né d’ola ki sor ! É kant’ lé métro TETDUF koué k’son ki s’fout d’la tète dé Sinme-Bath é k’son ki lé mé plu ba k’tère, in bin sé leu z’orijine a eu minme ke son ki maltrète. Cé-ku-èf’-dé !

J’en restais coi. Ça alors, pour une farce, s’en était une bonne ! Si l’on considérait que le pôle Nord géographique était en haut de la mappemonde comme nous l’avions appris à l’école, pour une boussole c’était l’opposé. En effet, le pôle Nord géographique n’était autre que le pôle Sud magnétique ! Donc, vu de l’aiguille aimantée d’une boussole, et avec la logique qui en découle, le pôle Nord magnétique se trouvant au pôle Sud géographique, il fallait retourner la mappemonde de 180 degrés pour avoir le pôle Nord magnétique en haut de la mappemonde !

– Ojordi kant’ in Sinme-Bath s’fé trété d’Babate, chte foumbiyé ki peu rire bien for !
– Seulement s’il connaît l’historique comme tu me l’apprends ! Je n’arrive pas à y croire tellement c’est gros, c’est un trésor inouï cette histoire de pôles magnétique inversés !!!
– En vérité d’Dieu ! confirmait le plus grand farçeur de Corossol.
– Ça alors, c’est le plus gros scoop de Saint-Barth ! Mais alors, magnétiquement je suis un Babate moi aussi ?
– É i fodra k’tu l’garde vin t’an pou toué, tu t’rapèle ?
– Heuuuu ? Je ne peux pas avoir une remise de peine mon général ?
– Tu peu toujou espéré gangné toi ou kat’ z’an’né, min sa sé seulmen si tu m’ba a la kours’. 
– Marché conclu ! lui tapais-je sur la paume de sa main.
– Si tu pèr, tu va rajouté katr’an o vint k’on’avé di !
– Vingt-quatre ans, ça nous propulse dans le troisième millénaire, nous serons en 2011 ! Ça roule, mais c’est moi qui choisis la discipline.
– É m’en vé rajouté la mien’ne é sa va fère in biatlon.
– Natation ! Annonçais-je sans hésiter sachant que j’étais sûr de gagner.
– Kourse a pié, lé deu enchain’né. On démare o Corossol face a la mer.
– C’est d’acc mon pote. É ben, sé pa t’ein tite affèr’ ! prononçais-je tant bien que mal ma seconde phrase proche du Patois, pensant à tord que j’avais du temps pour m’y préparer.
– A prézan !
– Hein ? Quel Présent ? Mais je n’ai pas de maillot ! cherchais-je une excuse.
– Tu lèsse té soulié, ton cayé, é on va abiyé konm’ on é, n’a dé galère sé jour-si.
– Des méduses ! Même pas peur ! Tu sais que tu vas perdre ton pari ?
– Té ki rèv’ debout’ bouaye ! Jé tout’ prévu. Té pré ? J’don-ne le départ. In’.
– Qu’est-ce que tu as prévu ?
– Deu ! Krik dan ma voiture. Sé pou t’remouté l’moral si n’a besoin.
– Pourquoi deux crics ?
– Sé pou toué resté équilibré. Toi !
– Moi quoi ? Tu n’es pas en train de te moquer de moi là ?
– D’apré toué ! Fo k’tu m’sui. Kat’ ! A nou alééééééé !

Avec un élan minimum, mon initiateur décollait comme une fusée vers la mer et plongeait la tête la première disparaissant sous une myriade de fines bulles ascendantes. Connaissant ses combines, je n’avais que quelques enjambées de retard quand je plongeais à mon tour dans cette mer émeraude presque calme…

– Babate magnétik ! m’invectivait mon ami Claude en plaisantant, sans qu’il ne cesse de sourire entre deux brasses crawlées, alors que nous étions hors d’atteinte d’oreilles indiscrètes.
– Face de seiche ! rétorquais-je grignotant centimètres après centimètres, brasse après brasse, évoluant comme un poisson dans la mer Caraïbe quasi translucide qui laissait parfaitement voir le fond et ses poissons coralliens.
– Babate, babate ! TETDUF ! me taquinait le natif de l’île.
– Tu vas voir qui va gagner. Tu es parti trop vite, tu vas t’essouffler mon Claude !

Insouciants aux cancans, adolescents dans l’âme, rien ne pouvait nous arrêter dans ces challenges inattendus où nous mesurions réciproquement notre endurance physique.

Nos problèmes étaient quasi inexistants à cette époque. Nos vies étaient si simples !

 

Dédié à Cécilia, la maman de Claude.

A suivre…

Plate-forme de Corossol, Saint-Barth, 1986.

Rédigé le 03 avril 2011
Texte & dialogues : Marc-Éric
Traduction patois : J

Vous avez apprécié cette page ?

Cliquez sur les étoiles elles parlent le Patois, et cliquez sur la barre orange !

Note moyenne 5 / 5. whoye !!! 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce texte.

Nous sommes désolés que cette page ne vous ait pas plu !

Améliorons cette page !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cette page ?

16 commentaire

  1. J’ai bien aimer ce texte , cette belle amitié entre deux amis, qui continue de vivre par tes écrits et même au delà du temps. Tu as le dons de nous transporter dans tes histoires, comme si nous étions présents. J’ai aussi beaucoup aimer les petits surnoms babath magnétique , tête de pieuvre 😂

    1. Merci pour ton commentaire Sably, je suis heureux que ça te plaise, j’ai toutes ces histoires en moi, comme si j’y étais encore ! 🙂🙂

  2. Marie Victoire

    Je vous vois bien debout sur les plates-formes, Claude a du te dire que sa s´appelait comme ça ?
    Si tu en as d´autres encore, vas-y c´est un vrai plaisir, tu le rendra heureux là où il est !

    (transfert com FB 2011 à WP)

  3. @ ME : Ou qu’il soit Claude, doit se délecter à la lecture de tes récits.

    (transfert com FB 2011 à WP)

  4. Marie Victoire

    C´est beau l´amitié que vous aviez l´un pour l´autre, ça fait plaisir de voir que Claude est resté dans ton cœur et tu le fait revivre dans tes histoires, il le mérite bien, c´était un ami formidable !

    (transfert com FB 2011 à WP)

  5. Marie Victoire

    Magnifique ! Sé konme si Claude été la deboute avec toué su la roche, je voyé é j´l´entendé, ta pa perdu ton tem avec li, é na pa d´bas-bath qui parl patoi konme toué, bravo !

    (transfert com FB 2011 à WP)

  6. Catherine Questel

    Mes félicitations Marc-Eric c’est génial… tu m’a fais retourner 20 en arrière entre le patois et les photos… j’ai des larmes dans les yeux… merci…

    (transfert com FB 2011 à WP)

  7. Caroline Daniel

    Je suis absolument d’accord avec tout ce qui a été dit ci-dessus ! Grâce à toi, je viens encore une fois de passer un moment très agréable. Maintenant, on saura à qui confier nos secrets sans craindre qu’ils ne soient dévoilés ^_ ^ Sinon, j’adore ta définition très imagée du « trop simple » mot papier 😉

    (transfert com FB 2011 à WP)

  8. Pas mal marc-éric, t 1 champion du patois lol !!!

    (transfert com FB 2011 à WP)

  9. Je crois que mon commentaire a été effacé, je résume : beau et bon !

    (transfert com FB 2011 à WP)

  10. Que dire d’autre après tout sa !!! bravo je te tire mon chapeau bien bas !!! et continu sur ta lancée on attend la suite !!!

    (transfert com FB 2011 à WP)

  11. On ne peut que dire BRAVO, rien de plus à dire, la suite !!!!!! la suite !!!!!!!!

    (transfert com FB 2011 à WP)

  12. Excellent Marc-Eric et je partage…..

    (transfert com FB 2011 à WP)

  13. Bravo ME ! ça vaut son pesant d’or.

    (transfert com FB 2011 à WP)

  14. Je n’ai qu’un mot à dire : BRAVO ME !!!

    (transfert com FB 2011 à WP)

  15. J’ai bien aimé ! je les ai partagé !

    (transfert com FB 2011 à WP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.